Le témoignage d’une femme de 48 ans atteinte d’un syndrome d’Asperger

_

Un article publié récemment sur CNN reprend le témoignage d’une femme de 48 ans ayant récemment reçu un diagnostic de syndrome d'Asperger (autisme à haut niveau de fonctionnement). En voici quelques extraits:

«…Je n’ai jamais vraiment compris les codes du bavardage et les bévues sociales étaient assez fréquentes au début de ma vie d’adulte. Je débutais mon travail sans les salutations sociales attendues, non pas parce que je ne me soucie pas de mes collègues, mais parce que je suis toujours concentrée sur les tâches que je dois accomplir».

«…Les aspis, ou personnes atteintes du syndrome d’Asperger, ont tendance à avoir des intérêts spécialisés et peuvent monologuer pendant des heures, ce qui leur vaut souvent d’être vu comme des personnes arrogantes. C’est pour cela que je choisi souvent le silence».

«…La plupart des gens pensent que les aspis n’ont pas d’humour, mais même si on prend souvent les choses au premier degré, nous pouvons apprécier l'humour même subtil».

« …Il m’est également très difficile de lire les émotions dans les expressions faciales et je me retrouve souvent à compenser cela en écoutant attentivement les inflexions dans la voix des gens et en utilisant la logique pour déterminer le contexte émotif».

«…Je possède également des sens très développés et, dans un environnement animé, je me retrouve rapidement surchargé sensoriellement, ce qui m’oblige à quitter mentalement l’endroit pour un moment. Mais quand je reviens à moi, je me retrouve souvent à remettre les morceaux de ce qui s’est passé pendant mon absence. Je suis également très sensible au toucher, à tel point qu’un chatouillement peut rapidement devenir très douloureux. J'évite donc d'être touchée et les seules personnes à qui je permets de le faire sont celles qui ont appris à me toucher sans me faire mal ».

«...Mon mari est extraordinaire! Je ne connais aucun autre homme qui a assez de confiance en soi pour supporter d'être repoussé parfois brusquement, mentalement et physiquement, aussi souvent qu'il l'a été. C’est la personne la plus patiente et la plus gentille que je connaisse. Durant nos 26 ans de mariage, nous avons travaillé tous les deux à composer avec mon besoin d'espace, ma tendance à aller si profondément dans mon propre monde et ma sensibilité au toucher».

«…Je suis constamment stressée et anxieuse, parce que le monde me parait écrasant et que les gens autour de moi ont des attentes que, tôt ou tard, j'échoue à rencontrer… Mais si vous pouviez voir le monde tel que je le vois, ne serait-ce que pour une seule journée, vous seriez éblouis par toute la beauté que je perçois grâce à mes sens aiguisés. Je n'échangerais cette beauté pour rien au monde!».